Delacroix Eugène, Tête de jeune femme, Album de voyage (Espagne, Maroc, Algérie, janvier-juin 1832), 1832, Mine de plomb et aquarelle sur papier, H. 19.4 ; L. 12.7 cm, Musée Condé, Domaine de Chantilly, Chantilly © RMN (Domaine de Chantilly)

Conférence le mercredi 5 septembre 2018 à 18h30 au CRFJ. Les juifs hispanophones originaires du Maroc ont une culture largement méconnue aujourd’hui en grand danger de disparition : très proche quoique différente de celle des juifs arabophones marocains, elle a des racines commune avec la culture judéo-espagnole des Balkans mais s’en distingue aussi. Nous rappellerons l’histoire de ce groupe, marquée par l’empreinte des trois monothéismes, les spécificités de sa langue – la haketía – principal vecteur de son identité, ses coutumes vestimentaires et culinaires les plus singulières et la richesse de sa littérature orale. Nous reviendrons pour finir sur la situation de cette communauté à la veille de sa dispersion dans les années 1950-60, où la France joua un rôle essentiel, et nous conclurons sur l’actualité de cette culture, ses perspectives d’avenir et les projets à mener à bien pour sa sauvegarde.

Line Amselem est maître de conférences à l’Université de Valenciennes (France), spécialiste de la littérature espagnole des XVIe et XVIIe siècles, traductrice littéraire et auteur d’un roman évoquant l’arrivée à Paris de sa famille originaire du Nord du Maroc.