L’Algérie coloniale est un paysage dévasté de la mémoire

Pieds-noirs et Algériens jouant aux boules en 1958. / Bernard Lipnitzki/Roger-Viollet

Pieds-noirs et Algériens jouant aux boules en 1958. / Bernard Lipnitzki/Roger-Viollet

Interview de Michèle Baussant, chargée de recherche CRFJ/CNRS, paru sur le « La Croix.com ». En se rendant en Algérie, les descendants de pieds-noirs tentent de renouer les fils rompus de la filiation et de la mémoire, selon l’anthropologue Michèle Baussant, du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (université de Nanterre-CNRS), auteur de Pieds-noirs, mémoires d’exils et de « Mémoires plurielles, mémoires en conflit ».

Lire l’article