Présentation d’ouvrage le mardi 6 juin 2017 à 18h30 au CRFJ, par Gabriel Martinez-Gros. Nous protégeons les animaux, Daesh égorge des hommes. On pourrait en conclure que nous vivons sur des planètes différentes… Il n’en est rien. La violence de l’État Islamique se nourrit de notre désarmement, elle est l’envers des progrès pacifiants de la civilisation. Le djihadisme incarne la puissance d’une idéologie religieuse qui nous méprise et nous insulte. C’est là notre vraie blessure : l’histoire est peut-être en train de changer de camp, à notre détriment. Notre pacification sourcilleuse abandonne au djihadisme l’immense fascination de la violence collective. L’auteur est professeur d’histoire de l’Islam médiéval à l’université de Nanterre. Spécialiste d’al-Andalus et de la pensée d’Ibn Khaldûn, il est en particulier l’auteur d’une Brève histoire des empires (Seuil, 2014).